Les Dames

Diabolique idole apparaît Montespan,
Qui mande à son secours l’intrigue et la Kabbale,
Non contente d’étreindre une douce rivale
Sous les serres d’une aigle et les plumes d’un paon.

Sa robe a tous les feux de l’Enfer dans son pan;
Le matin elle chasse, et le soir elle balle:
La Messe Noire qu’elle opère en l’intervalle,
Un renégat la dit, qu’assiste un chenapan.

Ton portrait qu’a tracé l’Illustre Épistolière,
Sous tes boucles de blé, tes brocarts de maïs,
T’érige en astre d’or, superbe Athénaïs.

Le Tien est de cristal, ô blanche La Vallière;
Des perles et des pleurs s’argentent sur tes jours,
Louise de Louis, Duchesse de Vaujours.

Évaluations et critiques :

Les Dames
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x