Pot-Pourri

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Tes phases, ô Palais, sont toutes accomplies.
Char, un caillot de flamme empourpre tes moyeux ;
Bulbe, un rejet de fleur expire à tes caïeux ;
Parc, tes bosquets sont froids comme des abbayes.

Temple, voici venir, après vespres, complies.
Tes orémus sont morts, fanés, tes camaïeux ;
Et sur le Tapis Vert que foulaient nos aïeux
Des marchands de plaisirs débitent leurs oublies.

De ta blessure ouverte où frissonne le foin
Comme un revenez-y de soufre et de benjoin
Perpètre une senteur tendre et nauséabonde.

Lulli pleure en dièse, et Mozart en bémol ;
Et sur le tain lépreux de ton eau moribonde,
Meurt nostalgiquement l’ombre d’un tournesol.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.