L’Oubli

J’avais vu – l’an dernier – au fond d’un cimetière

Une petite tombe étroite et toute entière

Recouverte de fleurs qui s’effeuillaient au vent.

C’était le jour des Morts et la foule en rêvant

Sentait près des défunts combien la vie est vaine.

Tout était blanc sur ce tombeau ; pas une veine

Dans le marbre caché sous un amas tremblant

De roses, de jasmins, de lis ; tout était blanc.

On eût qu’en partant vers la voûte éternelle

La morte comme un cygne avait ouvert son aile

Et perdu son duvet au bord de ce chemin.

En écartant un peu les bouquets de la main

Je lus qu’elle était morte à peine fiancée ;

Et je compris alors cette exquise pensée

D’un triste amant, perdu là-bas dans l’horizon,

Qui le matin, quittant sa funèbre maison,

Sans doute était venu couvrir sa bien-aimée

De ce voile de neige épaisse et parfumée

Que la pluie automnale avait mouillé de pleurs…
Je viens d’aller revoir la tombe…elle est sans fleurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.