Amours inquiètes

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

I
Tous les escaladeurs de ciel et de nuées,

Tous les porteurs de croix, tous les voleurs de feu

Qui vont vers la lumière à travers les huées

Cherchent dans un regard l’infini du ciel bleu.
Quel que soit leur Calvaire, il leur faut une femme !

Parfums de Madeleine, oh ! tombez sur leurs pieds !

Linge de Véronique, approchez, comme une âme,

Pour garder dans vos plis leurs masques copiés.
Combien s’en vont tous seuls dans de froids paysages

Grandis par la chimère ou courbés par l’affront !

Linge de Véronique, étanchez leurs visages,

S’ils vont s’y imprimer, c’est la couronne au front !
II
Oh ! bonheur ! rencontrer une autre âme touchante

Qui dans votre abandon vous donne un peu d’amour,

Et, tous deux enlacés dans la nuit approchante,

Causer d’éternité devant la mort du jour !
Ivresse de goûter la sourdine de l’heure,

Ivresse d’être deux, qu’on veut diviniser,

Et mêlant tout un soir, malgré le vent qui pleure,

Des lèvres qui déjà ne sont plus qu’un baiser !
Et dans ce clair-obscur, les douloureux poètes

Interprètent leur âme et commentent leurs vœux,

Et ce sont des miroirs où se mirent leurs têtes

Pour voir confusément se mêler leurs cheveux.
Comme une brûlure ils ont peur de la lampe

Où leur songe de neige aurait bientôt fondu,

Et l’insecte blessé de la parole rampe,

Et l’on ne dit plus rien, sans savoir qu’on s’est tu !…
III
Parfois en plein amour on a rompu le charme ;

On se blesse, on s’afflige involontairement,

Ainsi que des enfants jouant avec une arme,

Et l’on se fait beaucoup de mal tout en s’aimant.
On souffre quelques jours ; puis, vaincu par l’absence,

On cherche à se revoir dans un faubourg lointain ;

Mais on sent dans sa voix comme une réticence,

Et l’on sent dans son cœur quelque chose d’éteint.
On va par la grand’route où des brouillards opaques

Amassent du mystère à l’horizon qui fuit,

Tandis qu’au loin de grands oiseaux élégiaques

Sur leurs ailes de deuil apportent de la nuit !
IV
Mangeant des larmes et du vent

On va toujours, par la grand’route ;

On s’aime encor, on pleure, on doute.

Oh ! si l’amour était vivant !
Comme la neige est abondante !

Elle est silencieuse. On peut

Lui confier tout ce qu’on veut ;

C’est une sûre confidente
Qui n’a jamais rien répété,

Gardant comme une blanche idole

Le secret du vain bruit frivole

Que deux lèvres ont chuchoté.
On avance encore. Il fait morne ;

Les maisons dans le vent du nord

Ont l’air d’avoir chacune un mort…

Un garde-barrière, au loin, corne !
Et le convoi noir en passant

Avec ses vitres allumées

Arbore au milieu des fumées

Comme des linges pleins de sang.
Par la plaine mourante et nue

Il s’éloigne, d’un air fatal ;

Et son hurlement de métal

Dans l’ombre immense s’atténue.
Ses fanaux rouges dans le soir

Pâlissent bientôt et trépassent…

C’est ainsi que nos amours passent :

Convois de feu sur un fond noir !

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.