Soir de Province

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Parce qu'enfin va être choisie entre toutes les femmes celle qui anéantira la forme volatile de Dieu en lui donnant un corps putrescible, les hommes fatigués éprouvent

certain soir le dégoût de la chair.
Les appelés au sortir du bordel ont les pieds parfumés d'une larme précieuse; à cause de sa douceur, ils l'appellent la dentelle de Jésus.
Pendus derrière les portes des meublés, les habits marqués de sel et d'urée donnent à reconnaître les endroits de la peine : aines et aisselles, reins et poitrines

prouvant la participation du peuple à des travaux d'Amour.
Un garçon venu des Vosges se fait écrire à l'encre bleue sur le torse toute une chiennerie sentimentale.
Ainsi vient l'heure où sous la candeur lunaire toute chair paraît étrange.

Dominique Pagnier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.