Fanfare

Les feuilles mortes ont posé leur jaune bourre
Sur les chemins dont l’herbe affecte des tons bruns.
Le bosquet, chaque jour, accroît de quelques-uns
Ces plis dont l’eau se voile et dont le sol se fourre.

Quelque chose dans la nature s’énamoure:
Le parterre s’exalte en de derniers parfums;
Et, dans le Parc chargé de prestiges défunts
La Diane de marbre écoute un laisser-courre.

Elle entend les soupirs d’une bête aux abois :
Est-ce la royauté qui chasse au fond des bois,
Triomphante parmi les éclats de sa meute?

Ou bien est-ce elle-même, acculée au défaut,
Qui, parmi les abois inhumains de l’émeute,
Tressaille aux hallalis du sinistre échafaud?

Évaluations et critiques :

Fanfare
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x