Fanfare

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Les feuilles mortes ont posé leur jaune bourre
Sur les chemins dont l’herbe affecte des tons bruns.
Le bosquet, chaque jour, accroît de quelques-uns
Ces plis dont l’eau se voile et dont le sol se fourre.

Quelque chose dans la nature s’énamoure:
Le parterre s’exalte en de derniers parfums;
Et, dans le Parc chargé de prestiges défunts
La Diane de marbre écoute un laisser-courre.

Elle entend les soupirs d’une bête aux abois :
Est-ce la royauté qui chasse au fond des bois,
Triomphante parmi les éclats de sa meute?

Ou bien est-ce elle-même, acculée au défaut,
Qui, parmi les abois inhumains de l’émeute,
Tressaille aux hallalis du sinistre échafaud?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.