Au meme s’en allant

Ne pense, mon
Cadet, que ce petit anneau

Soit comme un potiron, enfant d'un sort volage,
Tiens le comme forgé au plus hautain étage
Qui loge
Jupiter a l'etoilé château.

Il est franc de limite, ainsi que le flambeau
Que
Charité * alluma sur ton begnin visage :
D s'escorte d'un
Chien, de vraie amour la gage,
Et mon
Chien soit ton
Lièvre au valon, au coupeau.

Allente un peu tes pas : mon
Chien las de la course
Pour assouvir sa soif cerche ta vive source,
Et non pour mordiller tes pieds vite-fuians :

Ote lui tout le lièvre, appâte le d'amorce

Non du tout, ains du pied : mes chiens en sont frians,
Ton pied m'est tout le
Lièvre, ainsi faire m'est force.

Évaluations et critiques :

Au meme s’en allant
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous êtes un poète créatif ? Alors, partagez votre opinion sur ce poème et faites-nous savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x