Enfant aveugle, nain, qui n’as autre prouësse

Enfant aveugle, nain, qui n’as autre prouësse,

Sinon en trahison quelque flesche tirer,

Qui n’as autre plaisir sinon de deschirer

En cent pieces les coeurs de la folle jeunesse ;
Le corps sans honte nud si ton pere te laisse,

Il monstre qu’on se doit loing de toy retirer,

Qui n’as rien que les coeurs que tu peux attirer

Par les traistres appas de ta main larronnesse.
Meurtrier, larron, pipeur, dy moy, dy hardiment,

Si rien aux tiens jamais tu donnas que tourment ?

Ores, sans t’espargner, de toy je me veux plaindre,
Quel mal me feras tu que je n’aye enduré ?

Mes maulx m’ont fait meshuy contre toy asseuré ;

J’ay desjà tant souffert que je n’ay rien à craindre.

Évaluations et critiques :

Enfant aveugle, nain, qui n’as autre prouësse
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez ce poème pour montrer à quel point vous êtes créatif et inspiré!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x