Ce n’est pas moy que l’on abuse ainsi

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Ce n’est pas moy que l’on abuse ainsi :

Qu’à quelque enfant, ces ruzes on emploie,

Qui n’a nul goust, qui n’entend rien qu’il oye :

Je sçay aymer, je sçay hayr aussi.
Contente toy de m’avoir jusqu’ici

Fermé les yeux ; il est temps que j’y voie,

Et que meshui las et honteux je soye

D’avoir mal mis mon temps et mon souci.
Oserois tu, m’ayant ainsi traicté,

Parler à moy jamais de fermeté ?

Tu prendz plaisir à ma douleur extreme ;
Tu me deffends de sentir mon tourment,

Et si veux bien que je meure en t’aimant :

Si je ne sens, comment veus tu que j’aime ?

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.