À M. et Mme R. D…, à l’occasion de leur mariage

Voici la saison des pervenches :

Par les ravins et les closeaux,

L’ombre palpite sous les branches,

Les rayons dorment sur les eaux.
Les pommiers sont en robes blanches ;

Pan soupire dans les roseaux ;

C’est l’Été qui prend ses revanches :

Mariez-vous, petits oiseaux !
La vie est belle à son aurore ;

Mais la rose qui vient d’éclore

Peut perdre en un jour sa couleur.
Pour mieux fixer la destinée,

Voici la saison fortunée :

Mariez-vous, jeunesse en fleur !
(1900)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.