Le Pied d’Atalante

Ce petit pied, plus vif que le pied d’Atalante,

Qu’à Trianon vantaient vos amis assemblés,

Sans la courber, marchant sur la tête des blés,

Et qui fait de l’oiseau trouver l’aile trop lente ;
Ce pied que l’amour suit sous la robe volante,

Et qui ne laisse pas dans les chemins sablés

La trace qu’à jamais gardent les cœurs troublés,

Vous m’en avez promis l’empreinte ressemblante.
Comme serre-papiers sur mes vers se posant,

De l’étroit brodequin la semelle d’ivoire

Empêchera le vent d’emporter mon grimoire.
Et mes vers germeront sous ce poids caressant,

Comme on voit, dans un pré que foule une déesse,

Naître et s’ouvrir les fleurs sous le pied qui les presse !
Trianon, 1867.

Évaluations et critiques :

Le Pied d’Atalante
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez être un poète ? Alors, commentez ce poème et dites-nous ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x