L’amour laboureur

Nouveau cultivateur, armé d’un aiguillon,

L’Amour guide le soc et trace le sillon ;

Il presse sous le joug les taureaux qu’il enchaîne.

Son bras porte le grain qu’il sème dans la plaine.

Levant le front, il crie au monarque des dieux :

 » Toi, mûris mes moissons, de peur que loin des cieux

Au joug d’Europe encor ma vengeance puissante

Ne te fasse courber ta tête mugissante. «

Évaluations et critiques :

L’amour laboureur
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre opinion et dites-nous ce que vous pensez de ce poème. Montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x