Quelqu’un, je crois, se souviendra dans

L’avenir de nous.

Mon souci.

Psappha
Dans l’avenir gris comme une aube incertaine,

Quelqu’un, je le crois, se souviendra de nous,

En voyant brûler sur l’ambre de la plaine

L’automne aux yeux roux.
Un être parmi les êtres de la terre,

O ma Volupté ! se souviendra de nous,

Une femme, ayant à son front le mystère

Violent et doux.
Elle chérira l’embrun léger qui fume

Et les oliviers aussi beaux que la mer,

La fleur de la neige et la fleur de l’écume,

Le soir et l’hiver.
Attristant d’adieux les rives et les berges,

Sous les gravités d’un soleil obscurci,

Elle connaîtra l’amour sacré des vierges,

Atthis, mon Souci.

Évaluations et critiques :

Pour Une
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous êtes un poète inspiré? Laissez-nous vous entendre et donnez votre avis sur ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x