A l’assemblée

Parmi châtaigniers et genêts

Où s’émouchaient, sans pouvoir paître,

Des montures sous le harnais,

Ronflait l’humble fête champêtre.
Les crincrins et les cornemuses,

La ripaille, un soleil de feu,

Allumaient tout un monde bleu

A faces longues et camuses.
Et, tandis que ce flot humain

- L’enfance comme la vieillesse -

Battait les airs de sa liesse…

En grand deuil – au bord du chemin,
Les yeux fermés, – morte aux vacarmes,

Une femme étranglait ses larmes

A genoux, devant une croix.
Rien n’aura l’horreur et l’effroi

De ces pleurs gouttant, sans rien dire,

Dans cet énorme éclat de rire.

Évaluations et critiques :

A l’assemblée
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez lu ce poème. Votre opinion compte! Laissez-nous savoir ce que vous en pensez.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x