Tiens non ! J’attendrai tranquille,

Planté sous le toit,

Qu’il me tombe quelque tuile,

Souvenir de Toi !
J’ai tondu l’herbe, je lèche

La pierre, – altéré

Comme la Colique-sèche

De Miserere !
Je crèverai – Dieu me damne ! –

Ton tympan ou la peau d’âne

De mon bon tambour !
Dans ton boîtier, ô Fenêtre !

Calme et pure, gît peut-être…

. . . . . . . . . . . . . . . .

Un vieux monsieur sourd !

Évaluations et critiques :

Toit
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des pensées sur ce poème? Partagez-les et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x