À Pamphile Le May

Ami, sur le flot noir ou la vague opaline,

Naïfs fervents du Rêve ou jouets du Destin,

Bien longtemps nous avons vers un port incertain

Ouvert la même voile à la brise féline.
Comme il est loin déjà notre premier matin !

Voici qu’à l’horizon notre soleil décline ;

Et, voyageurs lassés, du haut de la colline,

Nous tournons nos regards vers le passé lointain.
Là, calme radieux, ailleurs bourrasque sombre !

Chimère qui sourit, espoir trompeur qui sombre,

Joie ou peine, chacun réclamait sa moitié.
Et, que le vent fût doux, ou battît notre toile,

Jamais ne s’obscurcit pour nous la double étoile

Du saint amour de l’Art et de notre amitié.

(1904)

Évaluations et critiques :

À Pamphile Le May
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez rejoindre la communauté des poètes? Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x