Je viens de voir ma bien-aimée

Et vais au hasard, sans desseins,

La bouche encor tout embaumée

Du tiède contact de ses seins.
Mes yeux voient à travers le voile

Qu’y laisse le plaisir récent,

Dans chaque lanterne une étoile,

Un ami dans chaque passant.
Chauves-souris disséminées,

Mes tristesses s’en vont en l’air

Se cacher par les cheminées.

Noires, sur le couchant vert-clair.
Le gaz s’allume aux étalages…

Moi, je crois, au lieu du trottoir,

Fouler sous mes pieds les nuages

Ou les tapis de son boudoir.
Car elle suit mes courses folles,

Et le vent vient me caresser

Avec le son de ses paroles

Et le parfum de son baiser.

Évaluations et critiques :

Soir
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Aidez les autres à explorer le monde de la poésie et partagez votre opinion sur ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x