Quand de la jeune amante…

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Quand, de la jeune amante, en son linceul couchée,

Accompagnant le corps, deux Amis d’autrefois,

Qui ne nous voyons plus qu’à de mornes convois,

À cet âge où déjà toute larme est séchée ;
Quand, l’office entendu, tous deux silencieux,

Suivant du corbillard la lenteur qui nous traîne,

Nous pûmes, dans le fiacre où six tenaient à peine,

L’un devant l’autre assis, ne pas mêler nos yeux,
Et ne pas nous sourire, ou ne pas sentir même

Une prompte rougeur colorer notre front,

Un reste de colère, un battement suprême

D’une amitié si grande, et dont tous parleront ;
Quand, par ce ciel funèbre et d’avare lumière,

Le pied sur cette fosse où l’on descend demain,

Nous pûmes jusqu’au bout, sans nous saisir la main,

Voir tomber de la pelle une terre dernière ;
Quand chacun, tout fini, s’en alla de son bord,

Oh ! dites ! du cercueil de cette jeune femme,

Ou du sentiment mort, abîmé dans notre âme,

Lequel était plus mort ?

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.