Récits épiques – La Honte

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Saint Éphrem, que jamais le démon ne fit choir,

Dans un faubourg de Tyr se promenait, un soir,

Rêvant du paradis et l’âme aux cieux ravie,

Lorsqu’une femme impure et de mauvaise vie,

Qui dans ce lieu désert avait suivi ses pas,

Le prit par son manteau, lui murmurant tout bas

Des propos tentateurs et brûlants de luxure.

Le saint abbé des mains de cette créature

Dégagea son habit, sans témoigner d’émoi,

Et fit signe à la femme, en lui disant : « Suis-moi ! »

Et, lorsqu’il eut conduit la courtisane vile

Sur le port, au moment où les gens de la ville

Regardaient le soleil dans la mer s’engloutir

Et les vaisseaux entrer dans la rade de Tyr :

« Arrêtons-nous, — dit-il à la fille perverse, —

Afin que sur-le-champ j’aie avec toi commerce. »
La femme — elle expia tous ses péchés depuis —

Dit alors : « Es-tu fou, vieillard ? Je ne le puis

Au milieu de ce peuple et devant tant de monde. »
Mais Éphrem s’écria : « Si ton état immonde

Te fait rougir devant les hommes, en ce lieu,

Que ne rougis-tu donc, ô femme, devant Dieu,

Dont le regard connaît toute chose cachée ? »
Et, par cette parole ayant l’âme touchée,

Confuse, elle s’enfuit ; et, depuis ce moment,

Elle fit pénitence et vécut saintement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.