D’étranges rumeurs

D’étranges rumeurs

Qui parlent de la fin d’un temps qui meurt
Nous avons dépouillé le manteau des aveugles

Ce n’est plus sur la terre, ce n’est plus dans le ciel

C’est en nous que ce monde est mort.

Un grand bruit

Et les étoiles fracassées s’éparpillent

De cette mort entre deux vies.
Explosion du déluge

Désirs mort-nés qui s’entre-tuent

Anciens espoirs à l’ombre des chimères

Cathédrales oubliées, cathédrales abattues

Cerveaux vidés de substance

Construction de l’esprit en ruine

Retombement des anciens jours

Corps saisis à pleins bras et lancés dans le vide

Coupe de sang aux convives et bue jusqu’à la coupe

Et valse extravagante d’un feu jamais éteint.
Les traditions perdues

Et les anneaux magiques des esprits et des morts

Les grands cercles brillants, les démons animés.
Il faudra travailler jusqu’à la fin des temps

Il faudra retrouver le Geste et la Parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.