Pour Mademoiselle de Poussay

J'avais brisé les fers d'Aminte et de

Sylvie,

J'étais libre, et vivais content et sans amour :

L'innocente beauté des jardins et du jour

Allait faire à jamais le charme de ma vie,
Quand du milieu d'un cloître

Amarante est sortie.

Que de grâces, bons dieux ! tout rit dans
Luxembourg :

La jeune

Olympe voit maintenant à sa cour

Celle que tout

Paphos en ces lieux a suivie.
Sur ce nouvel objet chacun porte les yeux ;

Mais en considérant cet ouvrage des deux,

Je ne sais quelle crainte en mon cœur se réveille.
Quoi qu'amour toutefois veuille ordonner de moi,

Il est beau de mourir des coups d'une merveille

Dont un regard ferait la fortune d'un roi.

Jean de La Fontaine

Évaluations et critiques :

Pour Mademoiselle de Poussay
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des choses à dire sur ce poème? Partagez-les! Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x