De voiles et de cris

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Pour ces très vieux bateaux amarrés aux pontons du voyage l'ombre docile raconte les villes souveraines posées sur l'horizon que l'on oublie à chaque escale et qui chavirent sous les pas

C'est chaque fois la déchirure et tu parles

doucement de voiles et de cris du bois qui craque et des

drisses lovées comme des pangolins

du roulis des hamacs où de beaux hommes nus pleurent en dénouant le ciel l'étrave dévoilée et cachée et soudaine les plis de l'eau la mer

qui penche et qui descend

On démonta la peau on bougea l'étincelle et cette balle au front qu'il nous faut partager avec d'autres sourciers

C'est l'heure que l'on broie c'est le

sentier des reins qui brise le regard et noue d'autres

semeurs aux algues déchirées

Bruissant encor dans le ressac

l'épais du feu marque le pas avant de pavoiser

les tendres galaxies
avant de s'inventer une brouette au cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres ouvrages de

Jean Chatard