L’Anthologie: C’est Tout Comme

À la fois poser en principe le bonheur de lire un poëme et consentir à ce qui semble (est) obscur et reconnaître après
Baudelaire que la sensibilité de chacun c'est son génie et qu'il s'agit finalement de connaître un peu de ce qui nous maintient en vie :

Vos seize ans c'était dans le temps

Une féerie
Ds sont, je crois, vos ans ...
Leopardi comme il entend chanter le maçon imagine la création du monde ...
Quand toute ville au jour est épanouie rose
Sous l'azur clair des plus hautains tableaux
Dans la fausse douleur d'avant-dernière chose ... là le cerisier coupe la barrière

...
Nos retrouvailles embelliront notre vie pour au moins trente ans ...
Ce n'est que de l'encre et du papier; on va pourtant s'obstiner malgré le peu de mots, toujours les mêmes : les mêmes que tout le monde ...
Tout a commencé par une faute de français ... & le lendemain

notre chambre à
Taroudant tout en longueur, tons roses & verts ...
Je me donne en esprit tout ce qu'il me plaît d'obtenir ...
Je dédie ce livre à l'improbable, c'est-à-dire à ce qui est ... mais d'autres fois on pleure on rit

en écrivant la poésie

ça a toujours kékchose d'extrême

un poème ...
Cette mer qui rapporte sa prise matinale d'îles ... la
Sibérie y était aussi chaude que l'Inde

les insectes y cheminaient

de l'Indus au fleuve
Amour

..,
Par le hublot : on déballe soudain un cageot d'étoiles

Carlingue de fatigue et de chagrin laissant loin
New
York deux que j'aime _.
Quelque chose dans l'air rougit, ou plutôt carmino-groseille les lointains.
Un rose extraordinairement sensible, à vrai dire assez sacripant ... montagne,

dans l'épaisseur de l'air, perdue par le haut .„
Le canal de
Panama est intimement lié à mon enfance ... la poésie date d'auj

ourd'

hui ~
Quand je remettrai mon ardoise au néant

un de ces prochains jours ...
Alors quel immense

Récit ce qui sera muet et enfance

Face à la prairie dans l'été

Tout à coup si un versant échappe ...
Vous

je ne vous regarde pas

ma vie non plus ne vous regarde pas _.
Afin que chacun dise est-ce moi, oui, c'est moi qui parle
Mais avec ce léger décalage de la musique À jamais solitaire et distraite qui le traverse ... À écrire :
Passage du
Lieou-p'an-chan.
Du soleil au brouillard.
De l'automne à l'été.
Retour? ... j'entends
Sonny
Rollins dorant le vent sous
Williamsburg ...
Le ciel c'est moi
Je sais que mes pauvres étoiles

par le chagrin du temps longuement attendries

vieillissent par degré ...
Les martins-pêcheurs,

mais qui se soucie

encore

de leurs plumes ? ™
Certains jours il ne faut pas craindre de nommer les choses impossibles à décrire

...
Avunculat, ici, à
Rugby (quand frisé et puissant d'Hervé,
Sébastien, son fils, apparaît, c'est
Pâques)

_. À la question toujours posée :
Pourquoi écrivez-vous ? la réponse du poète sera toujours la plus brève :
Pour mieux vivre _ quelle importance, ce que j'écris ne dure que pour moi ...
L'escalier des nuages a été détruit tout d'un coup ; il a plu, il a fait froid ...C'est beau
Alger?

Vous pouvez pas savoir

La prochaine fois

On ira ensemble _
Commence, recommence n'importe où !

Etc et on pourrait repartir, relancer à l'infini les comparaisons, avec les mêmes poèmes et poètes et avec d'autres bien sûr et on croiserait encore
S.
Martin si souvent et j'aimerais et j'aurais aimé aussi m'inscrire en creux ou en marge et notre histoire à cinq à partir du moindre mot et alors tout reprendre à zéro,
recomposer.
Mais ce sera pour un autre livre, peut-être, ou une autre vie.

0
Autres ouvrages de

Bernard Chambaz

Évaluations et critiques

L’Anthologie: C’est Tout Comme
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x