Je meurs de soif en couste la fontaine

Je meurs de soif en couste la fontaine ;

Tremblant de froit ou feu des amoureux ;

Aveugle suis, et si les autres maine ;

Povre de sens, entre saichans l’un d’eulx ;

Trop negligent, en vain souvent songneux ;

C’est de mon fait une chose faiee,

En bien et mal par Fortune menee.
Je gaingne temps, et pers mainte sepmaine ;

Je joue et ris, quant me sens douloreux ;

Desplaisance j’ay d’esperance plaine ;

J’atens bon eur en regret engoisseux ;

Rien ne me plaist, et si suis desireux ;

Je m’esjoïs, et cource a ma pensee,

En bien et mal par Fortune menee.
Je parle trop, et me tais a grant paine ;

Je m’esbays, et si suis couraigeux ;

Tristesse tient mon confort en demaine ;

Faillir ne puis, au mains a l’un des deulx ;

Bonne chiere je faiz quant je me deulx ;

Maladie m’est en santé donnee,

En bien et mal par Fortune menee.
ENVOI
Prince, je dy que mon fait maleureux

Et mon prouffit aussi avantageux,

Sur ung hasart j’asserray quelque annee,

En bien et mal par Fortune menee.

Évaluations et critiques :

Je meurs de soif en couste la fontaine
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez être un poète ? Alors, commentez ce poème et dites-nous ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x