Pascal (2) – La Croix

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Au retour du combat, tout couvert de morsures,

Et songeant au danger qu’il venait de courir,

Quand le lutteur comptait ou sondait ses blessures

Et qu’il se demandait s’il n’allait pas mourir,

Il lui semblait alors, vers la hauteur céleste

S’il venait à lever son regard attristé,

Qu’aussitôt tant de trouble et de langueur funeste

Se changeait en espoir, en ivresse, en clarté.

Comme un point lumineux qu’en vain le brouillard voile,

Pascal, dans le lointain, sous un ciel sans étoile,

Tu t’imaginais voir un phare ensanglanté,

La Croix ! Elle élevait de loin ses bras funèbres

Où, livide, pendait ton Dieu même immolé.

Pour l’avoir aperçue à travers les ténèbres,

Tu te dis éclairé ; tu n’étais qu’aveuglé.

En proie aux visions d’une peur insensée,

Tu tÕélances vers Elle, implorant ton salut ;

Gloire, plaisirs, travaux, ta vie et ta pensée,

Tu jettes tout au pied d’un gibet vermoulu.

Nous te surprenons là, spectacle qui nous navre,

Te consumant d’amour dans les bras d’un cadavre,

Et croyant sur son sein trouver ta guérison.

Mais tu n’étreins, hélas ! qu’une forme insensible,

Et, bien loi d’obtenir un miracle impossible,

Dans cet embrassement tu laissas ta raison.

La Croix a triomphé ; ta défaite est complète ;

Oui ! te voilà vaincu, subjugué, prosterné.

Au lieu comme autrefois d’un héroïque athlète,

Nous n’avons sous les yeux qu’un pauvre halluciné.

Comment ? tant de faiblesse après tant de vaillance !

Puisqu’entre ces trépas tu pouvais faire un choix,

N’eût-il pas mieux valu périr sans défaillance

Dévoré par le Sphinx qu’écrasé sous la Croix ?

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.