Scherzo

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Sourires, fleurs, baisers, essences,

Après de si fades ennuis,

Après de si ternes absences,

Parfumez le vent,de mes nuits!
Illuminez ma fantaisie,

Jonchez mon chemin idéal,

Et versez-moi votre ambroisie,

Longs regards, lys, lèvres, santal!
*
Car j’ignore l’amour caduque

Et le dessillement des yeux,

Puisqu’encor sur ta blanche nuque

L’or flamboie en flocons soyeux.
Et cependant, ma fière amie,

Il y a longtemps, n’est-ce pas?

Qu’un matin tu t’es endormie,

Lasse d’amour, entre mes bras.
*
Ce ne sont pas choses charnelles

Qui font ton attrait non pareil,

Qui conservent à tes prunelles

Ces mêmes rayons de soleil.
Car les choses charnelles meurent,

Ou se fanent à l’air réel,

Mais toujours tes beautés demeurent

Dans leur nimbe immatériel.
Ce n’est plus l’heure des tendresses

Jalouses, ni des faux serments.

Ne me dis rien de mes maîtresses,

Je ne compte pas tes amants.
*
A toi, comète vagabonde

Souvent attardée en chemin,

Laissant ta chevelure blonde

Flotter dans l’éther surhumain,
Qu’importent quelques astres pâles

Au ciel troublé de ma raison,

Quand tu viens à longs intervalles

Envelopper mon horizon?
*
Je ne veux pas savoir quels pôles

Ta folle orbite a dépassés,

Tends-moi tes seins et tes épaules;

Que je les baise, c’est assez.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.