Persée et Andromède

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Au milieu de l’écume arrêtant son essor,

Le Cavalier vainqueur du monstre et de Méduse,

Ruisselant d’une bave horrible où le sang fuse,

Emporte entre ses bras la vierge aux cheveux d’or.
Sur l’étalon divin, frère de Chrysaor,

Qui piaffe dans la mer et hennit et refuse,

Il a posé l’Amante éperdue et confuse

Qui lui rit et l’étreint et qui sanglote encor.
Il l’embrasse. La houle enveloppe leur groupe.

Elle, d’un faible effort, ramène sur la croupe

Ses beaux pieds qu’en fuyant baise un flot vagabond ;
Mais Pégase irrité par le fouet de la lame,

A l’appel du Héros s’enlevant d’un seul bond,

Bat le ciel ébloui de ses ailes de flamme.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.