Le dernier souvenir

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

J’ai vécu, je suis mort. – Les yeux ouverts, je coule

Dans l’incommensurable abîme, sans rien voir,

Lent comme une agonie et lourd comme une foule.
Inerte, blême, au fond d’un lugubre entonnoir

Je descends d’heure en heure et d’année en année,

À travers le Muet, l’Immobile, le Noir.
Je songe, et ne sens plus. L’épreuve est terminée.

Qu’est-ce donc que la vie ? Étais-je jeune ou vieux ?

Soleil ! Amour ! – Rien, rien. Va, chair abandonnée !
Tournoie, enfonce, va ! Le vide est dans tes yeux,

Et l’oubli s’épaissit et t’absorbe à mesure.

Si je rêvais ! Non, non, je suis bien mort. Tant mieux.
Mais ce spectre, ce cri, cette horrible blessure ?

Cela dut m’arriver en des temps très anciens.

Ô nuit ! Nuit du néant, prends-moi ! – La chose est sûre :
Quelqu’un m’a dévoré le coeur. Je me souviens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.