Cléopâtre embaumait l’Egypte ; toute nue,

Elle brûlait les yeux, ainsi que le soleil ;

Les roses enviaient l’ongle de son orteil…

Victor Hugo, Zim-Zizimi.
Dans la nuit brûlante où la plainte continue

Du fleuve pleure, avec son grand peuple éternel

De Dieux, le palais, rêve effroyable et réel,

Se dresse, et les sphinx noirs songent dans l’avenue.
La blanche lune, au haut de son vol parvenue,

Baignant les escaliers élancés en plein ciel,

Baise un lit rose où, dans l’éclat surnaturel

De sa divinité, dort Cléopâtre nue.
Et tandis qu’elle dort, délices et bourreau

Du monde, un dieu de jaspe à tête de taureau

Se penche, et voit son sein où la clarté se pose.
Sur ce sein, tous les feux dans son sang recélés

Etincellent, montrant leur braise ardente et rose,

Et l’idole de jaspe en a les yeux brûlés.

Évaluations et critiques :

Cléopâtre
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre opinion et dites-nous ce que vous pensez de ce poème. Montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x