Quand pourrai-je, quittant tous les soins inutiles

Quand pourrai-je, quittant tous les soins inutiles

Et le vulgaire ennui de l’affreuse cité,

Me reconnaître enfin, dans les bois, frais asiles,

Et sur les calmes bords d’un lac plein de clarté ?
Mais plutôt, je voudrais songer sur tes rivages,

Mer, de mes premiers jours berceau délicieux ;

J’écouterai gémir tes mouettes sauvages,

L’écume de tes flots rafraîchira mes yeux.
Ah, le précoce hiver a-t-il rien qui m’étonne ?

Tous les présents d’avril, je les ai dissipés,

Et je n’ai pas cueilli la grappe de l’automne,

Et mes riches épis, d’autres les ont coupés.

Évaluations et critiques :

Quand pourrai-je, quittant tous les soins inutiles
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Quelle est votre interprétation de ce poème ? Commentez et laissez-nous savoir!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x