C’est le dernier soupir d’un monde agonisant.

Venez voir ces débris des antiques peuplades,

Anciens rois du désert, terribles ancelades

Ecrasés sous le poids des choses d’à présent.
Arrêtons-nous ici, non loin de ces cascades.

Regardez ce hameau qui n’a rien d’imposant.

C’est là… Dire qu’on peut visiter en causant

Ces lieux témoins de tant de fauves embuscades…
Est-ce notre regard ou l’histoire qui ment ?

Qu’êtes-vous devenus, guerriers roux des prairies,

Farouches Iroquois ? ― O désappointement !
Sans même recourir aux moindres jongleries,

Le chef de la tribu, marchand d’épiceries,

Avec l’accent anglais nous parle bas-normand.
(1881)

Évaluations et critiques :

Caughnawaga
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez être un poète ? Alors, commentez ce poème et dites-nous ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x