A voir la ferme au loin monter avec ses toits,

Monter, avec sa tour et ses meules en dômes

Et ses greniers coiffés de tuiles et de chaumes,

Avec ses pignons blancs coupés par angles droits ;
A voir la ferme au loin monter dans les verdures,

Reluire et s’étaler dans la splendeur des Mais,

Quand l’été la chauffait de ses feux rallumés

Et que les hêtres bruns l’éventaient de ramures :
Si grande semblait-elle, avec ses rangs de fours,

Ses granges, ses hangars, ses étables, ses cours,

Ses poternes de vieux clous noirs bariolées,
Son verger luisant d’herbe et grand comme un chantier,

Sa masse se carrant au bout de trois allées,

Qu’on eût dit le hameau tassé là, tout entier.

Évaluations et critiques :

La Ferme
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Aidez les autres à explorer le monde de la poésie et partagez votre opinion sur ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x