L’amour en fraude

J’ai vu passer, l’autre matin,

Un jeune Dieu dans la prairie ;

Sous un costume de féerie

Il sautillait comme un lutin.
Tout perlé d’or et d’émeraude,

Sans arc, sans flèche et sans carquois,

En chantonnant des vers narquois,

Il s’en allait comme en maraude.
Il redonnait, à chaque bond,

L’onde aux ruisseaux, des fleurs aux rives,

Des alouettes et des grives

Au saule creux et moribond.
Le fol Archer buveur de larmes,

Pour une fois pris en défaut,

À travers champs riait tout haut

De n’être plus qu’un fou sans armes !
Et singeant l’air d’un franc routier,

Fier de trahir son roi morose,

Il arborait un drapeau rose

Pour délivrer le monde entier !

Évaluations et critiques :

L’amour en fraude
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des choses à dire sur ce poème? Partagez-les! Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x