La flûte

Je n’étais qu’une plante inutile, un roseau.

Aussi je végétais, si frêle, qu’un oiseau

En se posant sur moi pouvait briser ma vie.

Maintenant je suis flûte et l’on me porte envie.

Car un vieux vagabond, voyant que je pleurais,

Un matin en passant m’arracha du marais,

De mon coeur, qu’il vida, fit un tuyau sonore,

Le mit sécher un an, puis, le perçant encore,

Il y fixa la gamme avec huit trous égaux ;

Et depuis, quand sa lèvre aux souffles musicaux

Éveille les chansons au creux de mon silence,

Je tressaille, je vibre, et la note s’élance ;

Le chapelet des sons va s’égrenant dans l’air ;

On dirait le babil d’une source au flot clair ;

Et dans ce flot chantant qu’un vague écho répète

Je sais noyer le coeur de l’homme et de la bête.

Évaluations et critiques :

La flûte
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre voix compte! Partagez votre opinion sur ce poème et faites-nous part de vos impressions.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x