Maudit soit mille fois le Borgne de Libye

Maudit soit mille fois le Borgne de Libye,

Qui, le coeur des rochers perçant de part en part,

Des Alpes renversa le naturel rempart,

Pour ouvrir le chemin de France en Italie.
Mars n’eût empoisonné d’une éternelle envie

Le coeur de l’Espagnol et du Français soudard,

Et tant de gens de bien ne seraient en hasard

De venir perdre ici et l’honneur et la vie.
Le Français corrompu par le vice étranger

Sa langue et son habit n’eût appris à changer,

Il n’eût changé ses moeurs en une autre nature.
Il n’eût point éprouvé le mal qui fait peler,

Il n’eût fait de son nom la vérole appeler,

Et n’eût fait si souvent d’un buffle sa monture.

Évaluations et critiques :

Maudit soit mille fois le Borgne de Libye
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez rejoindre la communauté des poètes? Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x