Heureux le coeur de l’homme à qui Dieu n ‘a pas

demandé de larmes pour le tombeau d’une mère.

SAINTE-FOI.
Dis, mon ange, pourquoi cette pâleur étrange?

Pourquoi ton doux regard semble-t-il s’attrister?

La beauté sur ta joue a posé sa main d’ange;

Tu ne devrais savoir que sourire et chanter.
L’existence, il est vrai, perd bien vite ses charmes :

J’ai vu de jeunes fronts blanchis avant le temps;

Mais l’oeil des chérubins ne verse pas de larmes,

Et la bise d’automne est muette au printemps.
Laisse à ton père, à moi, soucis et peine amère,

Fardeau qui bien souvent fait plier nos genoux…

Mais, entre deux sanglots, ta lèvre a dit : « Ma mère! »

Ah! pauvre ange, pardon : viens pleurer avec nous!

Évaluations et critiques :

A une orpheline
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez lu ce poème. Votre opinion compte! Laissez-nous savoir ce que vous en pensez.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x