Célibat, célibat, tout n’est que célibat

Sucer la chair d’un cœur élu,

Adorer de souffrants organes,

Être deux avant qu’on se fane!

Ne serai-je qu’un monomane

Dissolu

Par ses travaux de décadent et de reclus ?
Partout, à toute heure, le thème

De leurs toilettes, de leurs airs,

Des soirs de plage aux bals d’hiver,

Est : « Prenez! ceci est ma chair! »

Et nous-mêmes,

Nous leur crions de tous nos airs: «A moi! je t’aime!»
Et l’on se salue, et l’on feint…

Et l’on s’instruit dans des écoles,

Et l’on s’évade, et l’on racole

De vénales et tristes folles;

Et l’on geint

En vers, en prose. Au lieu de se tendre la main!
Se serrer la main sans affaires!

Selon les cœurs, selon les corps!

Trop tard. Des faibles et des forts

Dans la curée des durs louis d’or….

Pauvre Terre !

Histoire Humaine : – histoire d’un célibataire….

Évaluations et critiques :

Célibat, célibat, tout n’est que célibat
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous êtes un poète inspiré? Laissez-nous vous entendre et donnez votre avis sur ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x