C’était longtemps avant la guerre

Sur la banquette en moleskine

Du sombre corridor,

Aux flonflons d’Offenbach s’endort

Une blanche Arlequine.
… Zo’ qui saute entre deux MMrs,

Nul falzar ne dérobe

Le double trésor sous sa robe

Qu’ont mûri d’autres cieux.
On soupe… on sort… Bauby pérore…

Dans ton regard couvert,

Faustine, rit un matin vert…

… Amour, divine aurore.

Évaluations et critiques :

C’était longtemps avant la guerre
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre avis compte! Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème et montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x