Je me ferai savant en la philosophie

Je me ferai savant en la philosophie,

En la mathématique et médecine aussi :

Je me ferai légiste, et d’un plus haut souci

Apprendrai les secrets de la théologie :
Du luth et du pinceau j’ébatterai ma vie,

De l’escrime et du bal. Je discourais ainsi,

Et me vantais en moi d’apprendre tout ceci,

Quand je changeai la France au séjour d’Italie.
O beaux discours humains ! Je suis venu si loin,

Pour m’enrichir d’ennui, de vieillesse et de soin,

Et perdre en voyageant le meilleur de mon âge.
Ainsi le marinier souvent pour tout trésor

Rapporte des harengs en lieu de lingots d’or,

Ayant fait, comme moi, un malheureux voyage.

Évaluations et critiques :

Je me ferai savant en la philosophie
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre opinion compte! Partagez-la et dites-nous ce que vous pensez de ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x