Un Saint béni de Dieu, dans sa calme cellule,

S’occupait à tresser des brins de paille d’or ;

Il travaillait, fervent, comme une lampe brûle,

Inattentif aux bruits vagues du corridor.

Mais même la blancheur fait ombre ; sa tunique,

Quoique blanche, tachait d’une ombre le mur blanc.

Cependant il songeait que l’ombre était unique,

Et qu’étant solitaire, il était ressemblant !

Donc il œuvrait sans cesse avec la paille folle

Et s’en faisait un nimbe, une souple auréole,

Auréole d’or pâle, auréole de clair

De lune avec laquelle il avait toujours l’air

D’un Saint comme on en voit peints dans les vieilles bibles…

? Tel le poète, aussi, tisse ses vers flexibles

Pour occuper ses doigts dans l’attente du ciel,

Et de ces brins de paille, il ceint son front profane

Et s’en nimbe, par jeu, comme d’un or réel,

Auréole d’un or fragile, qui se fane !
1895

Évaluations et critiques :

Légende
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Aidez les autres à explorer le monde de la poésie et partagez votre opinion sur ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x