L’aube à l’envers

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on  » rêvait « ,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.
On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait,

Et si parfois l’on tuait ou buvait,

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.
Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.
En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

Évaluations et critiques :

L’aube à l’envers
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez ce poème pour montrer à quel point vous êtes créatif et inspiré!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x