Charleroi

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Dans l’herbe noire

Les Kobolds vont.

Le vent profond

Pleure, on veut croire.
Quoi donc se sent ?

L’avoine siffle.

Un buisson gifle

L’oeil au passant.
Plutôt des bouges

Que des maisons.

Quels horizons

De forges rouges !
On sent donc quoi ?

Des gares tonnent,

Les yeux s’étonnent,

Où Charleroi ?
Parfums sinistres !

Qu’est-ce que c’est?

Quoi bruissait

Comme des sistres?
Sites brutaux !

Oh ! votre haleine,

Sueur humaine,

Cris des métaux !
Dans l’herbe noire

Les Kobolds vont.

Le vent profond

Pleure, on veut croire.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.