J’ai tout donné pour rien

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Or çà, la belle fille,

Ouvrez cette mantille !

C’est trop de cruauté ;

Faites-nous cette joie

Que pleinement on voie

Toute votre beauté.
Apprenez-le, mignonne,

Quand le bon Dieu vous donne

Un corps aussi parfait,

C’est afin qu’on le sache,

Et c’est péché qu’on cache

Le présent qu’il a fait.
Aime-moi, je suis riche

Comme un joueur qui triche,

Comme un juif usurier :

On peut m’aimer sans honte,

La couronne de comte

Rayonne à mon cimier.
Je suis, comme doit faire

Tout fils de noble père,

Les usages anciens :

On m’encense à ma place ;

Mon prêtre, avant la chasse,

Dit la messe à mes chiens.
J’ai de beaux équipages,

Des valets et des pages

À n’en savoir le nom :

J’ai des vassaux sans nombre

Qui vont baisant mon ombre

Et portent mon pennon.
Soupèse un peu, la belle,

Cette lourde escarcelle,

Hé bien, elle est à toi !

Je veux que ma maîtresse

Fasse envie, en richesse,

À la femme d’un roi.
Tu rejettes mes offres ?

Allons, vide tes coffres,

Argentier de Satan !

Fais vite, ou je dépêche,

Juif, ta carcasse sèche

Au diable qui l’attend.
Des robes qu’on déploie,

De velours ou de soie,

Quelle est celle à ton goût ?

Ces riches pendeloques,

Qu’entre les doigts tu choques,

Prends, je te donne tout :
Colliers dont chaque maille

De cent couleurs s’émaille,

Magnifiques habits,

Beaux satins, fines toiles,

Brocarts semés d’étoiles,

Diamants et rubis !
Oui, pour t’avoir, la belle,

Si tu fais la rebelle,

J’engagerais mon bien…

— Merci, mon gentilhomme,

Reprenez votre somme,

J’ai tout donné pour rien.
1833

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.