Quand je voudrai sonner de mon grand Avanson

Quand je voudrai sonner de mon grand Avanson

Les moins grandes vertus, sur ma corde plus basse

Je dirai sa faconde et l’honneur de sa face,

Et qu’il est des neuf Soeurs le plus cher nourrisson.
Quand je voudrai toucher avec un plus haut son

Quelque plus grand vertu, je chanterai sa grâce,

Sa bonté, sa grandeur, qui la justice embrasse,

Mais là je ne mettrai le but de ma chanson,
Car quand plus hautement je sonnerai sa gloire,

Je dirai que jamais les filles de Mémoire

Ne diront un plus sage et vertueux que lui,
Plus prompt à son devoir, plus fidèle à son prince,

Ni qui mieux s’accommode au règne d’aujourd’hui,

Pour servir son seigneur en étrange province.

Évaluations et critiques :

Quand je voudrai sonner de mon grand Avanson
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre poésie avec le monde! Quelle est votre opinion sur ce poème?

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x