Sur les Blessures de l’Institut

Il est donc vrai, Français ! ô Paris ! quel scandale !

Quoi ! déjà subir un affront ;

Laisseras-tu voiler, par une main vandale,

Les cicatrices de ton front ?

Juillet, il est donc vrai qu’on en veut à tes fastes,

Au sang épanché de ton cœur ?

Badigeonneurs maudits ! nouveaux iconoclastes !

Respect au stygmate vainqueur !

Septembre 1830

Évaluations et critiques :

Sur les Blessures de l’Institut
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Quelle est votre interprétation de ce poème ? Commentez et laissez-nous savoir!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x