Les Oripeaux

Je ne danserai pas sur ton tréteau banal,

Avec tes histrions et tes prostituées.
Lorsque fermente en moi la tristesse du vin,

J’erre, exagérant mon verbe de pitre,

Mentant comme un prêtre et comme un devin

Ma loquacité pérore et chapitre

Devant la foule aux remous de troupeau

Que le sifflement des fifres taquine.

De mes vers, pareils à des oripeaux,

J’ai drapé follement tes membres d’arlequine.
Découvre à l’air des nuits tes seins prostitués.

Sur les murs la foule a groupé ses fresques.

Mes gestes fiévreux sont accentués

Par l’explosion des tambours burlesques.

Je tourne mes yeux sottement épris

Vers ton corps lascif, que l’amour efflanque.

Car nous endurons un égal mépris,

O toi la danseuse ivre, ô moi la saltimbanque.
Des souffles cauteleux éteignent les quinquets…

Tels des haillons, sous leur clinquant de rimes,

Puant la sueur et les vieux bouquets,

Mes vers ont gardé tes chaleurs intimes.

Mes vers sont pareils à des oripeaux.

Ah ! ce beuglement d’affreuses musiques

D’orgues, cette odeur de crasse et de peaux !

Ce spectacle effronté de nos âmes publiques !

Évaluations et critiques :

Les Oripeaux
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x