Le Fils des Armures

A Léopold Flameng
Tous les ducs morts sont là, gloire d’acier vêtue,

A Depuis Othon le Saint jusqu’à Job le Frugal ;

Et devant eux, riant son rire musical,

L’enfant à soulever des armes s’évertue.
Chaque armure, où l’aïeul se survit en statue

Sous la fière couronne et le cimier ducal,

Joyeuse reconnaît d’un regard amical

Sa race, qui déjà joue avec ce qui tue.
Plongé dans un fauteuil de cuir rouge, gaufré

De fleurs d’or, l’écuyer, grand vieillard balafré,

Feuillette un très-ancien traité de balistique.
Et les vieux casques ont des sourires humains,

Cependant qu’au milieu de la chambre gothique

L’enfant chevauche sur une épée à deux mains.

Évaluations et critiques :

Le Fils des Armures
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des choses à dire sur ce poème? Partagez-les! Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x