Brûlé par l’énorme lumière

Irradiant du ciel caillé,

- Stupéfait, recroquevillé,

Hâlé, sali par la poussière,
Le pauvre paysage mort

Se ranime à l’heure nocturne,

Et puis, murmurant taciturne,

Extasié, rêve et s’endort.
La bonne ombre le rafraîchit ;

Et toute propre resurgit

Sa mélancolique peinture.
Avec l’aurore se levant,

La rosée, au souffle du vent,

Pleure pour laver la nature.

Évaluations et critiques :

A l’aube
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des pensées sur ce poème? Partagez-les et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x