05 – Verger

Ai-je des souvenirs, ai-je des espérances,

en te regardant, mon verger ?

Tu te repais autour de moi, ô troupeau d’abondance

et tu fais penser ton berger.
Laisse-moi contempler au travers de tes branches

la nuit qui va commencer.

Tu as travaillé ; pour moi c’était un dimanche, –

mon repos, m’a-t-il avancé ?
D’être berger, qu’y a-t-il de plus juste en somme ?

Se peut-il qu’un peu de ma paix

aujourd’hui soit entrée doucement dans tes pommes ?

Car tu sais bien, je m’en vais…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.