Résignation

C’est une pauvre vieille, humble, le dos voûté.

Autrefois on l’aimait, on s’est tué pour elle.

Qui sait ? Peut-être un jour tu seras regretté

De celle qui dit non, maintenant qu’elle est belle.
Elle aussi vieillira, puis l’ombre universelle

La noîra, comme toi, dans son immensité.

Il faut que les grands dieux, pour leur œuvre éternelle,

Reprennent le bonheur qu’ils nous avaient prêté.
Nous sommes trop petits dans l’ensemble des choses ;

La nature mûrit ses blés, fleurit ses roses

Et dédaigne nos vœux, nos regrets, nos efforts.
Attendons, résignés, la fin des heures lentes ;

Les étoiles, là-haut, roulent indifférentes ;

Qu’elles versent l’oubli sur nous ; heureux les morts !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.